Alternative Espaces Citoyens Niger
Après la disparition de Adamou Moumouni Djermakoye

Qui sera le nouveau porte-flambeau ?

jeudi 18 juin 2009 par Albert Chaïbou

Moins de deux semaines après les échauffourées entre forces de l’ordre et manifestants opposés au projet de référendum du président Tandja qui ont occasionné d’importantes casses au gouvernorat et au palais du chef de province, la ville de Dosso est de nouveau sous les projecteurs de l’actualité ce lundi 15 juin 2009. En effet, c’est ce jour-là que la Cité des Zarmakoye a accueilli dans une profonde tristesse le corps d’un de ses illustres fils : Adamou Moumouni Djermakoye, président de l’Alliance Nigérienne pour la Démocratie et le Progrès (ANDP Zaman Lahiya), décédé subitement suite à un malaise, le dimanche 14 juin dernier, alors qu’il participait aux côtés des autres leaders du Front pour la Défense de la Démocratie(FDD) à une marche suivie de meeting pour dire non aux velléités anticonstitutionnelles du président Mamadou Tandja.

Après les honneurs officiels qui lui ont été rendus à Niamey, en présence du Président de la République et de plusieurs autres personnalités, le cortège funèbre s’est ébranlé vers Dosso, sa ville natale où il sera inhumé. Après 139 km de route, la dépouille mortelle de l’illustre disparu, drapé des couleurs nationales, est transportée d’abord à la grande mosquée pour la prière funéraire puis à sa résidence privée où il sera mis en terre dans un coin de la cour. Il était environ 13 heures (heure locale). Sous un soleil de plomb, des centaines de personnes étaient là pour rendre leur dernier hommage à celui qu’on appelait « l’homme du consensus ». La cour ne pouvant accueillir toute cette foule, certains s’étaient juchés sur les murs et même dans les arbres pour assister, à leur manière, aux obsèques. Après l’oraison funèbre lu par un de ses proches, en l’occurrence Amadou Nouhou, membre du Bureau politique de l’ANDP, il a été enseveli dans sa tombe puis des prières ont été dites pour le repos de son âme.

Haoua, sa sœur jumelle, transportée dans une chaise, est venue aussi s’incliner sur le corps. La vieille ne pouvait contenir son chagrin. D’une main, elle essuyait ses larmes et de l’autre, égrenait, en fervente musulmane, son chapelet. Un moment de forte émotion.

Plusieurs personnalités politiques et militaires du pays avaient fait le déplacement de Dosso. Parmi elles, Hama Amadou, l’ex- Premier ministre. Ce dernier a créé, à son arrivée, la surprise générale. Le prisonnier de Koutoukalé, qui a obtenu une liberté provisoire le 23 avril dernier, s’était rendu à Paris pour y suivre des soins. A Dosso, on raconte que Hama Amadou a tenu personnellement à assister aux obsèques d’Adamou Moumouni Djermakoye. C’est pourquoi, dès sa descente d’avion à Niamey, il a directement fait dit-on, cap sur Dosso. Le défunt avait soutenu Hama Amadou après son incarcération en juin 2008 à la prison de haute sécurité de Koutoukalé. D’aucuns disent même qu’il avait, alors qu’il était président de la Haute Cour de Justice, contribué en partie, à sa libération. Quoiqu’il en soit, Hama Amadou a voulu marquer fortement son retour au bercail. A Dosso, le convalescent paraît en forme. A son arrivée, certains de ses sympathisants l’ont accueilli avec des applaudissements. S’il est vrai qu’au niveau de l’ANDP la succession de Moumouni Adamou Djermakoye est un sujet prématuré, certains observateurs de la scène politique nigérienne n’écartent pas cependant l’hypothèse de voir dans les prochains mois se constituer une alliance forte entre l’aile pro Hama du MNSD Nassara et l’ANDP pour la conquête des prochaines consultations électorales. La réconciliation étant actuellement difficile à réaliser au MNSD Nassara entre l’aile Seyni Omar et l’aile Hama Amadou, il n’est pas exclu de voir ce dernier créer son parti ou fondre cette partie du MNSD Nassara qu’il incarne dans l’ANDP, quitte à chercher à prendre la direction de ce parti qui a besoin, après la disparition de son père fondateur, d’un dirigeant charismatique à même de conquérir l’électorat de l’ouest. Un casting qui s’annonce pour l’heure difficile, au sein de l’ANDP. Amadou Nouhou dont on susurre le nom comme futur président du parti ne répond pas selon certains militants de l’ANDP qui ont requis l’anonymat, au profil. Qui alors ? Difficile de répondre avant la décision du parti.

Le père-fondateur s’en est allé, laissant derrière lui un grand vide. Ses partisans sauront-ils relever le défi en le comblant et en continuant le combat, pour la défense de la démocratie au Niger, qu’il menait jusqu’à son dernier souffle ?


Accueil du site | Contact | Plan du site | Espace privé | Statistiques | visites : 518253

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Alternative Espaces Citoyens  Suivre la vie du site Actualités   ?

Site réalisé avec SPIP 1.9.2c + ALTERNATIVES

Creative Commons License