Alternative Espaces Citoyens Niger
Hommage au Dr Abdoulaye Niandou Souley

Le témoignage d’un compagnon de lutte

jeudi 22 juillet 2010 par Souley Adji

J’ai connu Abdoulaye Niandou Souley, de son petit nom Doulla, en 1987 quand, après avoir soutenu une brillante maitrise de droit à Abidjan, il partit faire le troisième cycle à Bordeaux. Le hasard voulut que lui et moi ayons fréquenté le même lycée, Issa Korombé, de Niamey, comme d’ailleurs nombre de nos camarades à l’époque. Il n’eut évidemment aucun mal à s’intégrer à la petite communauté nigérienne de Bordeaux, d’autant plus que nous résidions pour la plupart sur le domaine universitaire et ses environs. De fait, nous nous voyions tous les jours, autant de fois qu’on le voulait, même si à l’époque Bordeaux était réputée être le plus grand campus d’Europe. L’on se fréquentait les uns les autres, organisions parfois des rencontres chez tel ou tel autre compatriote, échangions à l’occasion les nouvelles du pays, discutions de nos projets et perspectives à court et moyen termes. Nos disciplines respectives réunissaient souvent certains d’entre nous pour débattre de certains sujets politiques touchant notamment à l’Afrique ou au Niger.

A la création du premier journal indépendant nigérien, Haské, consécutivement à la libéralisation de l’espace politique au Niger en 1990, Abdoulaye qui avait séjourné quelques semaines au pays, me fit comprendre que le directeur dudit journal lui paraissait sérieux et qu’on pourrait collaborer avec lui. Il avait déjà fait paraître deux articles qui furent tous bien accueillis par l’opinion. Me fiant à son intuition, je sautai le pas pour ma part en envoyant à Ibrichek mon premier article : les partis politiques nigériens : leurs programmes et leurs leaders. Abdoulaye qui avait déjà vu l’article avant l’envoi me fit comprendre que cela va susciter de vifs débats dans l’opinion, puisque le papier bousculait certaines certitudes et visions des nouveaux démocrates nigériens. En effet, Ibrichek fit dire à Abdoulaye qu’il souhaitait vivement une collaboration avec nous, ce que nous fîmes alternativement dans son journal. Une fois rentré au pays, je continuais de collaborer activement avec Haské, pendant qu’Abdoulaye qui n’avait pas encore terminé ses études faisait parvenir ses réflexions. Nous nous retrouvâmes bientôt réunis au sein de la rédaction de ce journal pour de nombreuses années.

Plus tard, les contingences de la vie aidant, nous participâmes à la création d’un nouveau type de journal, en l’occurrence d’un satirique indépendant qui manquait cruellement au paysage médiatique nigérien. Le directeur en était alors un ancien caricaturiste à Haské. Ainsi naquit l’hebdomadaire Moustique, censé « piquer » n’importe qui, sans distinction de parti politique ni de classe sociale, de région ni de genre. Au sein de cette nouvelle rédaction, Abdoulaye, qui avouait ne pas tout à fait maîtriser le style satirique, commit régulièrement des articles pénétrants, ne piquant pas moins les barons de tous bords avec humour. Une folle ambiance y régnait et plus d’une fois l’équipe fut interpellée voire mise en garde par certains d’entre eux ; mais rien n’y fit. D’autres mêmes tentèrent de nous diviser, mais en vain. Ces basses manœuvres confortèrent au contraire Abdoulaye à s’impliquer de plus bel dans la dénonciation et la critique politique, peu importe ce que cela lui coûterait. Il s’impliquait dans tout le processus de parution du journal, allant jusqu’à l’imprimerie pour suivre le tirage.

Parallèlement à cette activité de journaliste, avec la montée des mouvements sociaux, lui et moi fumes régulièrement sollicités par les acteurs de la société civile, particulièrement par l’USN sur le campus universitaire et par l’USTN, alors dirigée par feu Ibrahim Mayaki, pour donner des conférences. Très engagé, il ne refusait jamais de donner une conférence sur un sujet dont il a la maîtrise et il tenait toujours à ce que tous les angles soient soulignés. Ses derniers engagements furent la lutte contre le Tazarce en 2010. Soucieux de mettre en pratique ses connaissances, il avait toujours voulu être un homme d’action, mais il fut le plus souvent incompris et nombre de ses initiatives furent malencontreusement découragées par les politiques.

La veille de sa participation au Conseil consultatif, il m’appela pour dire que sa seule réserve est que cet organe n’est que consultatif, guère délibérant et qu’il connaissait par trop l’esprit militaire pour avoir consacré sa thèse de doctorat de science politique à l’armée en Afrique de l’Ouest. De point de vue littéraire, Abdoulaye aimait lire les romans sociaux et surtout les biographies politiques. Son style à lui était fait de phrases courtes, ponctuelles et tranchantes, vite compréhensibles par le lecteur et il évitait les grandes phraséologies théoriques. De posture plutôt empirique, il était doué dans la description, l’exposition des faits, leur illustration des faits politiques. Toujours disponible pour les médias, il éclairait régulièrement de sa lanterne, qu’il s’agisse d’interviews ou de débats, nombre de ses concitoyens sur des problématiques touchant à la politique nationale ou internationale.

Dans la vie quotidienne, il était toujours ponctuel à ses rendez-vous, mais excusait toujours les retards d’autrui ; fidèle en amitié, il lui arrivait aussi de penser subitement à un ami longtemps perdu de vue et de chercher à le voir, ne serait-ce que quelques instants. Très serviable, il n’hésitait pas à rendre service. Il pouvait lui arriver de marcher, ou de se faire déposer des jours durant parce qu’un ami lui a emprunté son véhicule. Très respecté par ses pairs à l’Université, admiré des étudiants, Doulla nous a rendu orphelins et fortement chagrinés, alors même qu’il avait plein de projets en tète. Il avait 47 ans. A sa femme éplorée et à son petit enfant, à sa famille, dont nous connaissons tous les membres, ses frères et amis du Groupe Alternative présentent leurs vives condoléances. Qu’Allah l’accueille en Son paradis !


Accueil du site | Contact | Plan du site | Espace privé | Statistiques | visites : 516923

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Alternative Espaces Citoyens  Suivre la vie du site Actualités   ?

Site réalisé avec SPIP 1.9.2c + ALTERNATIVES

Creative Commons License