Alternative Espaces Citoyens Niger
Campagne agricole 2010

Derrière l’espoir, des sources d’inquiétudes

dimanche 17 octobre 2010 par Ousseini Issa

La bonne pluviométrie enregistrée cette année dans notre pays permet d’espérer une bonne campagne agricole sur le plan national. Mais derrière cet espoir, des inquiétudes pointent car certaines contrées du pays n’ont pas été suffisamment arrosées, pour mettre à l’abri les populations concernées et leur bétail de la faim.

Ces poches qui ont besoin d’assistance se recensent dans la région de Tillabéry, principalement dans sa bande nord allant de Bankilaré jusqu’à Filingué. C’est l’alerte donnée par des habitants de ces zones venus participer au forum sur le ‘’Droit à l’alimentation et la souveraineté alimentaire’’.

Elhadj Ishah Iboun est un éleveur de Filingué. Il réfute l’idée selon laquelle la campagne agricole est satisfaisante dans toutes les contrées pays et ne manque pas d’arguments pour démontrer le contraire. ‘’Cette année même, il y a des problèmes dans notre contrée à cause de l’apparition des ennemis de cultures qui ont détruit le mil. Ce qui veut dire qu’il n’y a pas encore à manger dans la zone’’, dit-il. Bilal Adamou, le point focal de l’association Timidria à Abala (Filingué), apporte de l’eau à son moulin. Selon lui en effet, c’est aujourd’hui même que la faim sévit dans cette zone, car même le fourrage n’a pas donné dans l’Azawak, à cause de l’insuffisance des pluies.

‘’Les animaux continuent de mourir encore. Quand aux cultures, l’arrêt précoce des pluies n’a pas permis à ce qu’elles arrivent à maturité. Les champs n’ont rien produit’’, renchérit-il.

Pour Hassoumi Ag Zeïdi, le président régional de l’association à Tillabéry, l’assistance doit se poursuivre dans cette zone parce que d’Abala jusqu’à Tondikiwindi (Zarmaganda) en passant par Inatès, la situation est toujours critique. La campagne a été très mauvaise. ‘’La situation s’est davantage aggravée avec le débordement des eaux du fleuve qui a provoqué des inondations et compromis définitivement la production rizicole cette année’’, alerte Hassoumi. Ces témoignages prouvent, si besoin est, que le ver est toujours dans le fruit. Seule une intervention rapide pourrait épargner les habitants de ces localités des affres de la faim. Une faim qui a contraint de nombreux de famille à l’exode, laissant derrière eux femmes et enfants sans aucune ressource.

Selon Bilal Adamou, l’exode des chefs de familles a déjà commencé et risque de s’intensifier si des dispositions ne sont pas rapidement prises pour y faire face. ‘’ C’est même maintenant qu’on est dans des difficultés dans la zone d’Abala. J’ai dénombré au moins 17 villages déficitaires sur le plan fourrager. Nous avons besoin d’assistance notamment en infrastructures pour produire à manger en faisant du jardinage et du maraîchage. Comme il n’y a pas d’eau, c’est difficile ; c’est pourquoi nous demandons qu’on nous construise des puits. Cela va permettre aux femmes dont les maris sont partis de travailler pour nourrir leurs enfants en attendant leur retour.’’, témoigne-t-il.

Albachir Adaye, le président de la sous-section Timidria de Bankilaré, formule le même type de doléances. Il pense que les crises alimentaires récurrentes dans notre pays ne pourront être jugulées de façon durable sans des investissements conséquents au profit du monde rural. ‘’Au lieu de donner du poisson, il faut apprendre à pêcher. Les associations font de leur mieux ainsi que l’Etat. Mais en créant les conditions pour que les populations rurales aient accès à l’eau, cela permettra aux paysans de produire en quantité à travers le maraîchage et le jardinage et tenir jusqu’à la prochaine saison des pluies. Mais s’il n’y a pas ce genre d’interventions, il est difficile de rester au village’’, estime-t-il.


Accueil du site | Contact | Plan du site | Espace privé | Statistiques | visites : 521731

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Le Consortium Droit à l’alimentation  Suivre la vie du site Droit à l’alimentation et souveraineté (...)   ?

Site réalisé avec SPIP 1.9.2c + ALTERNATIVES

Creative Commons License